Comprendre la méthode ACV, sans faire d’AVC

 

La méthode ACV, ou Analyse Cycle de Vie, est une méthode d’évaluation environnementale, qui permet une analyse multi-étapes et multi-critères.

Elle permet de décrypter l’impact de systèmes : des produits, des services, des entreprises ou encore des procédés, et ce sur l’ensemble de leur Cycle de Vie.
Le principe de base de cette méthode est de transformer des flux écologiques (tels que l’utilisation des matières premières) et technologiques (tels que la transformation de ressources naturelles en énergie) en impacts environnementaux.

Qu’est ce qu’un cycle de vie ?

Le cycle de vie d’un système recense toutes les étapes de sa vie.
Il se décompose en 7 ECV, ou Étapes de Cycle de Vie :

  • Production de matières premières
  • Approvisionnement des matières premières
  • Mise en forme des matières premières
  • Assemblage du produit fini
  • Distribution du produit fini
  • Utilisation du produit fini
  • Fin de vie

Pour chacune de ces étapes, les différents flux entrants et sortants sont étudiés afin de pouvoir déterminer les impacts environnementaux qui en découlent.

Pourquoi dit-on de cette méthode qu’elle est multi-critères ?

La méthode ACV permet d’analyser jusqu’à 16 impacts environnementaux, ou indicateurs.
On peut citer parmi ceux-ci :  

  • Émissions de Gaz à Effet de Serre,
  • Épuisement des ressources naturelles,
  • Éco-toxicité,
  • Toxicité humaine,
  • Pollution des sols, des eaux, de l’air,
  • Eutrophisation des eaux,
  • Acidification,
  • Utilisation des ressources naturelles,
  • etc. 

L’ACV permet donc d’éviter les biais liés à l’évaluation d’un seul indicateur. Du fait d’une vision tronquée, le risque est alors de proposer des solutions qui génèreront un transfert d’impact, et ne seront donc pas bénéfiques d’un point de vue environnemental global. 

Comment réalise t’on une ACV ?

La méthode ACV suit un protocole précis, en cinq étapes.
  1. La définition du champ d’étude
    Cette étape permet de fixer le cadre de l’évaluation qui sera menée, et répond à plusieurs questions :
    • Quel est l’objectif de l’analyse : se mettre en conformité avec une règlementation, communiquer auprès de ses consommateurs, identifier des pistes d’éco-conception, etc. 
    • Quelle est l’unité fonctionnelle du produit étudié : définir l’unité de référence de l’évaluation, soit l’usage type du produit sur un nombre d’années donné. 
    • Quel est le périmètre de l’étude : quels seront les sous-systèmes pris en compte dans l’analyse : packaging, consommables, intrant et extrants nécessaires à la production, etc. 
    • Quels indicateurs environnementaux seront analysés, et via quelle méthodologie de calcul.

  2. Inventaire de Cycle de Vie (ICV).
    Il s’agit ici de collecter toutes les données nécessaires à la réalisation de l’ACV, dans les conditions fixées à l’étape du champ de l’étude. Il s’agit de données de fabrication (Bill of Materials), des informations liées à son transport amont et aval, de données liées à la consommation énergétique du produit en fonctionnement, ou encore d’informations liées à son traitement en fin de vie.
    Cette étape nécessite de manière générale l’implication d’un grand nombre d’acteurs et est souvent la plus longue à réaliser.

  3. Calcul des indicateurs
    A cette étape, l’expert ACV en charge de la réalisation de l’évaluation doit intégrer toutes les données recueillies en phase d’ICV au sein d’un logiciel dédié, modéliser le produit et les différents flux, faire intervenir des bases de données environnementales et lancer le calcul d’impact afin d’obtenir les différents indicateurs requis.

  4. Interprétation et Rapport d’ACV
    En partant des indicateurs calculés, l’expert ACV pourra alors rédiger le rapport d’analyse, qui intègrera les informations suivantes :
    • Champ de l’étude complet
    • Récapitulatif de l’ICV
    • Résultats de l’analyse
    • Interprétation détaillée des résultats : ici l’expert ACV va chercher à mettre en avant les liens de cause à effet entre les caractéristiques du cycle de vie produit et les impacts identifiés : mix énergétique du pays de production, matériaux polluants, transports amont ou aval non-optimisé, etc.

  5. Pistes d’éco conception
    Grâce à l’interprétation des résultats, l’expert ACV pourra mettre en avant des proposition d’éco-conception qui viendront contrer les impacts  environnementaux actuels du produit afin d’accompagner efficacement l’industriel : changement de matériaux, modification de la logistique, amélioration des capacités de revalorisation en fin de vie, etc. 

Tout ça pour quoi ?

L’analyse ACV est un processus assez complexe, mais qui a une forte valeur ajoutée pour les industriels. 

En effet, elle permet : 

  1. De se mettre en conformité avec les règlementations (Loi Climat, RE 2020) en adoptant dès aujourd’hui une logique d’évaluation produit.

  2. D’améliorer sa stratégie RSE globale, en réduisant l’impact de ses produits, et de se positionner de manière concrète comme acteur du changement

  3. D’offrir une information environnementale complète à ses consommateurs, et de se démarquer de la concurrence.
  4. Et bien sûr, d’identifier les processus les plus impactants du cycle de vie de ses produits, et d’intégrer des pistes d’éco-conception à sa production.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Cliquez en dehors pour masquer la barre
Je compare mes produits